Le suivi in situ des installations : Point de vigilance sur le prélèvement et les paramètres

Le suivi in situ des installations :

Point de vigilance sur le prélèvement et les paramètres

Le Groupe Nationale Public (GNP) de suivi in situ a débuté des prélèvements sur des filières ANC en 2009.

Le protocole de suivi in situ préparé par l’IRSTEA a été diffusé en 2015 aux différents interlocuteurs dont l’IFAA via le Groupe d’Échanges (GE) suivi in-situ du PANANC.


À la rencontre du 15 septembre du GE suivi in situ, l’IFAA a demandé notamment que la mesure de la concentration de DBO5 des eaux usées traitées soit faite de façon systématique pour toutes les filières visées par le suivi in situ, car il s’agit d’un paramètre règlementaire.

Malgré les oppositions soulevées par l’IFAA et d’autres participants (CSTB, président de la Commission P16E de l’AFNOR), l’IRSTEA a répondu que la mesure de la DBO5 était trop coûteuse et imprécise et qu’elle maintient la mesure systématique de la DCO. Le traitement des données se fera sur la base d’un seuil de DCO fixé à 125 mg/L (valeur appliquée en assainissement collectif). Toutefois, en réponse aux commentaires écrits de l’IFAA sur le rapport final ONEMA/IRSTEA dans le cadre du GE suivi in situ, la mesure simultanée de la DCO et de la DBO5 sur quelques échantillons devait être réalisée par l’IRSTEA pour établir un ordre de grandeur du ratio DCO/DBO5. A ce titre, existe-t-il une nouvelle version officielle de ce document ? Aujourd’hui, nous est disponible que la version initialement communiquée de janvier 2015.

Le protocole de l’IRSTEA prévoit également 2 types de prélèvements des échantillons d’eaux usées traitées, soit par prélèvement ponctuel ou composé 24 heures.

Également, sans être un paramètre règlementaire, les données seront traitées en considérant que des valeurs de N-NH4 à l’effluent traité supérieur à 40 mg/L indiquent une faible dégradation de la pollution.


Nous souhaitons ici attirer votre attention sur ces deux points majeurs (prélèvement et paramètres de mesure) au travers de deux fiches de vigilance :

Sur la base des données obtenues en 2015 dans le cadre d’un suivi in situ réalisé pendant 5 ans sur 66 filières d’ANC de la région du Tarn, on constate que les critères de traitement des données relatifs à la DCO et au N-NH4 prévus au protocole de l’IRSTEA ne sont pas valides dans le secteur de l’ANC.

Également, le recours à des prélèvements de type ponctuel n’est pas représentatif des performances d’un système de traitement et les résultats obtenus suite à ce type de prélèvement ne peuvent être utilisés pour vérifier les performances en conditions réelles ou la conformité d’installations d’ANC en fonction de critères de rejet règlementaire.

Sur la base de ce qui précède :

  • Les résultats obtenus dans le cadre du suivi in situ du GNP, suite à des prélèvements de type ponctuel ne peuvent être utilisés pour juger de la conformité des installations d’ANC, car ils ne sont pas représentatifs du fonctionnement normal du système;
  • Également, le traitement des données sur la base de critères de DCO et N-NH4 non valides en ANC ne peut pas être réalisé pour juger de la conformité des installations ayant fait l’objet du suivi in-situ, sans causer préjudices;
  • Finalement, les résultats obtenus en présence de dysfonctionnements de la fosse septique ou du traitement primaire situé en amont des dispositifs d’ANC, reliés à des utilisations illicites ou des entretiens non réalisés, doivent aussi être rejetés de l’analyse de conformité. Ces conditions de dysfonctionnement sont indépendantes des technologies mises en cause, qu’elles soient de type « traditionnel » ou « agréé ».

En conséquence, lors de l’exploitation des résultats du suivi in situ, les limites de ce suivi doivent être précisées et tous les résultats obtenus en présence d’un dysfonctionnement de la fosse septique ou du traitement primaire doivent être écartés de l’analyse.

Dans ce contexte, il nous semble nécessaire que la GE suivi in situ du PANANC soit réactivé pour une clarification sur les limites du suivi in situ, l’exploitation des résultats et ce qui est possible d’en dire.
Nous vous rappelons sur la base de notre expérience de terrain, l’IFAA propose déjà des pistes d’amélioration des pratiques qui peuvent ainsi être résumées :
Nous vous rappelons sur la base de notre expérience de terrain, l’IFAA propose déjà des pistes d’amélioration des pratiques qui peuvent ainsi être résumées :

Cliquez pour Agrandir

 


   Fiche Vigilance "Le suivi in situ des installations : 
   Point de vigilance sur le prélèvement et les paramètres"
   © IFAA

Comments are closed.